Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La France Insoumise Saint-Jean-de-Luz

La France Insoumise Saint-Jean-de-Luz

Groupe d'action de Saint Jean-de-Luz, l'avenir en commun


Affaire Benalla | Motions de censure du gouvernement mardi | Explications

Publié par insoumis.e sur 29 Juillet 2018, 10:50am

Catégories : #6è République

Affaire Benalla | Motions de censure du gouvernement mardi | Explications

Mardi, au parlement, aura lieu le débat et le vote sur deux motions de censure du gouvernement, l'une présentée par les groupes France Insoumise, PCF et PS, l'autre par les groupe Les Républicains. La France Insoumise a oeuvré pour que les textes présentés ne comportent aucun terme partisan ou contenu programmatique afin qu'un nombre le plus grand possible de députés puissent les voter sans pour autant avaliser un programme avec lequel ils n'adhéreraient pas. C'est le communiste André Chassaigne qui présentera la première motion. Désigné par l'ordre alphabétique, il est de plus doyen des présidents des trois groupes. La France Insoumise signe la première motion et votera les deux.

Tandis que l'instruction judiciaire se poursuit, l'enquête parlementaire est verrouillée par présidente de la commission d'enquête Yael Braun-Pivet et les députés LREM qui la composent, totalement inféodée à l'Elysée. L'un des derniers épisodes, une réunion du Président de la République et des députés du groupe majoritaire, le premier réfutant la gravité de la situation, quanlifiant ce qui est une affaire d'Etat, de tempête dans un verre d'eau, les seconds l'applaudissant, montre qu'il n'en faut rien attendre. Quand de plus les membres de la commission d'enquête participent à cette réunion présidentielle, il n'y a plus d'éthique.

Ce qui fait de l'affaire Benalla une affaire d'Etat, ce ne sont pas les actes violents commis par le vrai-faux policier ni l'usurpation de fonction ni l'existence d'une police parallèle mais leur dissimulation par l'Elysée, le gouvernement et tous ceux qui au parlement en sont complices.

La motion de censure n'est qu'une étape dans le combat pour la moralisation de la vie politique. Explications :

 

Voici les deux motions de censure. Ciblées sur l'affaire Benalla-Macron et ne comportant aucun contenu programmatique, elles permettent le vote des députés qui n'appartiennent pas aux groupes qui les présentent.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents